Le papillon monarque, avec ses ailes majestueuses d'un orange profond, se présente comme un messager précieux de la nature.  Il joue un rôle de sentinelle en préservant notre lien avec la planète.  En plus de cela, il s'associe harmonieusement aux butineurs, contribuant ainsi de manière essentielle à la pollinisation des fleurs.  Son apparence artistique est le fruit du talent inégalé de la nature, qui a complété cette œuvre en dessinant des nervures noires et de délicats points blancs sur ses ailes (voir photo 1). De la naissance à l'âge adulte, cette transformation fascinante s'accomplit en seulement 4 à 5 semaines, à travers quatre étapes captivantes : l'œuf, la chenille, la chrysalide et enfin, le papillon lui-même.  Cet article vous invite à découvrir avec fascination le voyage extraordinaire de l'émergence du papillon monarque, une histoire aussi captivante que merveilleuse.

Papillon Monarque aux ailes ouvertes
Photo 1: Danaus plexippus (papillon monarque mâle) qui butine des fleurs de l’Asclepias tuberosa (asclépiade tubéreuse)

L'émergence du papillon survient généralement entre 8 et 16 jours après la formation de la chrysalide.  La température joue un rôle crucial dans la régulation de cette période de développement. J'ai personnellement été témoin de l’émergence d’un papillon seulement 8 jours après la formation de sa chrysalide, lors de chaudes journées de juillet.  En revanche, lors de températures plus fraîches en août, j’ai observé un papillon émergeant 17 jours après la formation de la chrysalide.  Au moment où la chrysalide se forme, elle arbore une teinte vert jade agrémentée de points dorés (voir photo 2).  Lorsque le papillon commence à se révéler à travers la chrysalide (voir photo 3), l'émergence est imminente. À ce moment, un peu moins de deux jours s'écouleront avant que le papillon n'utilise ses pattes pour appliquer une force et sortir de la pupe devenue trop étroite pour lui. Lorsqu'un premier étirement (voir Photo 4), tel un accordéon, se produit juste au-dessus de la couronne dorée, il ne reste plus que quelques heures avant l'émergence complète du papillon. Lorsqu'un deuxième étirement de la chrysalide est observé (voir photo 5), l'émergence se produira dans moins d'une heure.

chrysalide du papillon monarque mâle
Photos 2-3-4-5 Danaus plexippus (chrysalide du papillon monarque mâle)

Le moment tant attendu est enfin arrivé. Les pattes du papillon monarque exercent une force impressionnante pour briser délicatement la chrysalide transparente qui l'entoure. C'est une expérience véritablement captivante que d'assister à ce spectacle extraordinaire (voir les photos 6 à 9).

papillon monarque mâle qui émerge
Photos 6-7-8-9 Danaus plexippus (papillon monarque mâle qui émerge)

Le papillon persiste dans ses efforts pour libérer sa trompe, dégager ses ailes et libérer son abdomen (voir les photos 10 à 12). Le processus d'émergence du papillon à partir de la chrysalide dure approximativement 1 minute et 35 secondes (voir vidéo 1).

papillon monarque mâle émergé
Photos 10-11-12 Danaus plexippus (papillon monarque mâle émergé)

Le papillon utilise son abdomen pour pomper son hémolymphe, le liquide sanguin des insectes, vers ses ailes.  Ce mouvement de péristaltisme permet au sang de circuler à travers les nervures des ailes, un processus fascinant à observer.  Les ailes mettront environ 15 minutes à se déployer complètement révélant toute leur splendeur.  En outre, on peut remarquer de petites masses en forme de massue à l'extrémité de chaque antenne. Les antennes en massue sont une caractéristique distinctive des papillons diurnes.  Après l'émergence, le papillon déploie et enroule sa trompe telle une trompette de cotillon.  La trompe, composée de deux canaux, lui permet d'aspirer le nectar des fleurs. Lorsqu'elle se déroule avec grâce, on peut observer les palpes labiaux qui s'activent, fournissant une protection à la trompe délicate du papillon. Cette merveilleuse adaptation lui permet de se nourrir efficacement et de tirer le meilleur parti des ressources florales qui l’entourent (voir vidéo 2)

papillon monarque mâle émergé
Photo 13-14 Danaus plexippus (papillon monarque mâle émergé)

Une fois que les ailes du papillon monarque se sont déployées à leur pleine grandeur, elles deviennent extrêmement fragiles, aussi délicates que du papier de soie. Un séchage minutieux des ailes est donc essentiel. Cette phase de séchage dure environ trois heures avant que le papillon puisse les ouvrir et les refermer avec aisance.  Pendant ce processus, le papillon s'agrippe fermement à sa chrysalide à l'aide de ses longues griffes, comme on peut le voir sur la photo 15.  Par la suite, il ira se blottir dans un endroit sécuritaire, comme par exemple un arbre (voir photo 16).  Il n’ira pas se nourrir de nectar tout de suite.  Il va attendre plusieurs heures, voire même, deux jours dépendamment de la température qu’il y a à l’extérieur.  Si la température est élevée le papillon va commencer à s’envoler et à explorer son environnement plus rapidement.  En effet, le papillon est un animal à sang froid, il est actif lorsque la température est élevée.  Il ouvrira ses ailes pour emmagasiner le plus d’énergie possible (voir photo 17).  Avec les années, j’ai observé que la femelle devenait plus rapidement active après l’émergence que le mâle.  Elle est toujours la première à s’envoler.  

papillon monarque mâle sur un pommier
Photo 15 - 16 Danaus plexippus (papillon monarque mâle) sur le tronc d’un pommier 
papillon monarque femelle sur un pommier
Photo 17 Danaus plexippus (papillon monarque femelle) sur un pommier

Même si les ailes du papillon monarque ne sont pas ouvertes, on peut déjà distinguer que le sexe du papillon de la photo 18 correspond à un mâle.  En effet, on peut observer au travers de son aile postérieure une tache noire.  Il s’agit d’une androconie, les femelles n’ont pas cette tache.   L’androconie est un organe odorant qui sert à attirer la femelle. 

ailes papillon monarque mâle
Photo 18     Danaus plexippus (ailes papillon monarque mâle)

Les photos ci-dessous mettent en évidence la différence entre le papillon mâle (voir photo 19) et le papillon femelle (voir photo 20) lorsque leurs ailes sont déployées. Une observation remarquable est la largeur des nervures, qui est plus prononcée chez la femelle que chez le mâle. De plus, la femelle ne présente pas d'androconies. Une fois les ailes complètement ouvertes, j'ai mesuré des dimensions allant de 8,6 cm à 11,8 cm pour les papillons monarques. Leur envergure impressionnante les classe parmi les plus grands papillons diurnes.

papillon monarque mâle sur Asclépiade
  Photo 19 Danaus plexippus (papillon monarque mâle) sur une asclepias tuberosa (asclépiade tubéreuse) 
Photo 20  Danaus plexippus (papillon monarque femelle) sur une asclepias incarnata (asclépiade incarnate)

La photo 21 nous permet d'observer de près les écailles présentes sur les ailes du papillon monarque. En tant que membre de l'ordre des lépidoptères, le papillon monarque tire son nom du mot grec "lepidos", qui signifie "écailles", et "pteros", qui se réfère aux "ailes". Les ailes du papillon monarque sont entièrement recouvertes d'écailles microscopiques.

Grs plan ailes papillon monarque mâle
Photo 21 Danaus plexippus (ailes papillon monarque mâle)

La couleur orange présente dans la nature est un signal dissuasif pour les prédateurs, car elle indique la présence de substances toxiques chez les insectes qui la portent. C'est le cas du papillon monarque, dont la chenille se nourrit d'asclépiade. Cette plante contient un latex contenant une toxine dangereuse appelée cardénolide. Ainsi, le papillon monarque devient lui aussi toxique, ce qui lui confère une protection contre les prédateurs tels que les oiseaux. Le papillon vice-roi, quant à lui, profite de cette protection en utilisant son mimétisme pour ressembler de près au monarque, avec sa couleur orangée et ses nervures noires. Cette imitation lui permet de se protéger des oiseaux qui redoutent d'attaquer un monarque. Toutefois, le vice-roi se distingue du monarque par sa taille plus petite et la présence d'une nervure noire traversant ses ailes postérieures. Les photos 22 et 23 illustrent la comparaison entre un vice-roi et un monarque lorsque leurs ailes sont fermées, tandis que les photos 24 et 25 montrent le vice-roi avec les ailes ouvertes aux côtés du papillon monarque. 

Comparaison Vice-roi et Monarque ailes fermées
 Photo 22 Limenitis archippus (vice-roi) ailes fermées
Photo 23 Danaus plexippus (papillon monarque) ailes fermées
Comparaison Vice-roi et Monarque ailes ouvertes
      Photo 24 Limenitis archippus (vice-roi) ailes ouvertes
Photo 25 Danaus plexippus (papillon monarque) ailes ouvertes

En conclusion, notre exploration du dernier stade du papillon monarque nous a permis d'apprécier la complexité et la beauté de la vie qui nous entoure. Nous avons été témoins de la fragilité qui caractérise la nature, mais également de la magnificence de l'émergence du papillon monarque.  Cependant, notre voyage ne s'arrête pas là. La survie du papillon monarque repose sur une plante essentielle, l'asclépiade. Ce sujet sera abordé plus en détail dans un prochain article, où nous explorerons l'importance de l'asclépiade pour le papillon monarque.  En continuant à étudier et à préserver le papillon monarque et son écosystème, nous pouvons contribuer à assurer un avenir durable pour cette espèce emblématique et en apprendre encore davantage sur les merveilles de la nature qui nous entoure.

Voir aussi les autres articles sur le papillon Monarque: https://www.natureweb.com/auteurs/yolaine-rousseau

Vous avez aimé cet article? Vous avez des questions ou des commentaires pour l'auteur? Écrivez-nous dans la partie commentaires un peu plus bas. Nous vous répondrons avec plaisir!

Publié 
15/5/2024
 dans la catégorie 
Insectes